Smarthome Apple HomeKit 'works with' - shop now!

Jovenel Moïse et le secteur privé rencontrent le MEDEF

Jovenel Moïse et le secteur privé rencontrent le MEDEF
OmahaSteaks.com, Inc.

En visite officielle en Europe, le président Jovenel Moïse a rencontré lundi soir à Paris des membres du Mouvement des entreprises de France (MEDEF), le premier réseau d’entrepreneurs de France. Le chef de l’État a exposé les opportunités d’affaires en Haïti et invité les entrepreneurs français à y investir. Spécialisés dans la gestion de l’eau, l’énergie renouvelable, les infrastructures aériennes, portuaires…, ces derniers ne semblent pas insensibles à l’idée.

FragranceNet.com

Après avoir été reçu à l’Elysée par son homologue français Emmanuel Macron, en marge du « One Planet Summit », qui se tient ce mardi à Paris, Jovenel Moïse a rencontré des dizaines d’entrepreneurs français du Mouvement des entreprises de France (MEDEF). Accompagné de trois ministres du gouvernement (Affaires étrangères, Commerce et Environnement), des membres du secteur privé haïtien, notamment Bernard Craan, Grégory Brandt,  Jean-Marc Apollon (Sun Auto), Joël Bonnefil (Haytrack), Allan Zuraik (Safari Motors), le chef de l’État a incité les entrepreneurs français à s’établir en Haïti. Jovenel Moïse a souligné que les secteurs prioritaires de son administration sont la maîtrise de  l’eau de surface, l’énergie, l’environnement, l’agro-industrie, le tourisme, l’élevage, le textile et le développement urbain.

Pour convaincre les entrepreneurs du MEDEF international, le président de la République a mis l’accent sur un certain nombre « d’avantages incitatifs » mis en place par l’État haïtien pour attirer les investisseurs dans ces différents secteurs, notamment : « La possibilité d’exonération totale d’impôts sur le revenu pour une période de 15 années consécutives; la possibilité d’obtenir une franchise douanière et fiscale sur les importations de biens d’équipements et de matériels nécessaires à l’implantation et l’exploitation de l’entreprise; la possibilité d’exonération des taxes sur la masse salariale. »

« Je pense que le MEDEF est la bonne structure pour fédérer les entreprises françaises, les amener en Haïti pour celles qui ne le sont pas déjà.

« Pour les entreprises françaises qui prenaient part à la rencontre, elles ont toutes la volonté d’intervenir en Haïti parce que leur domaine d’activités (l’eau, l’énergie renouvelable, les infrastructures aériennes, portuaires…) sont des points de compétence, a continué M. Thenoz. De toute façon, Haïti et la France sont faits pour se rencontrer. »

Jean-Philippe Thenoz, vice-président de la CMA CCGM, troisième transporteur maritime mondial, a confié qu’à partir de janvier sa compagnie va lancer une nouvelle ligne maritime avec comme point de départ Miami vers Port-au-Prince. « C’est un vecteur d’importation et d’exportation pour Haïti, dit-il. On est spécialiste d’agroalimentaire, d’agro-industrie. Nous sommes tout à fait désireux de faire plus de choses en Haïti. »

Bernard Craan du secteur privé haïtien est reparti de la rencontre avec un sentiment de satisfaction. « Nous avons les mêmes plages que la République dominicaine, le même soleil, une population qui est prête à travailler, une agriculture qui doit être développée. Il faut que nous vendions ces secteurs sérieusement et l’État haïtien offre des garanties aux investisseurs qui viennent. Ils sont intéressés à venir. Haïti est un pays neuf… », a réagi l’homme d’affaires.

Selon lui, il faut que nous arrivions à produire localement, que ce soit en agroalimentaire, matériaux de construction… « Il faut que nous ayons une capacité de production en Haïti qui soit de qualité. Les entreprises françaises peuvent nous aider à le faire, estime Bernard Craan. De notre côté du secteur privé haïtien, ce que nous souhaitons c’est inviter les entrepreneurs à venir non pas seulement pour construire des routes, mettre en place des systèmes d’irrigation, mais créer des emplois, de la richesse, et permettre que la production haïtienne se développe. »

Questionné sur le climat des affaires, Bernard Craan estime que l’environnement est propice à l’investissement. « Pour le moment, il y a stabilité politique, soutient-il. Il y a peut-être contestation mais pas d’instabilité politique. Les institutions sont en place. On doit certes améliorer le climat d’investissement mais je pense qu’il est propice. »

Le chef de l’État donne cette même garantie. « Haïti vient de promulguer un ensemble de lois pour améliorer le climat des affaires, faciliter le commerce et se conformer aux normes internationales, a-t-il dit aux investisseurs. De nombreux projets de loi, des accords et conventions, dont l’APE, sont à l’étude au Parlement. »

Les membres du MEDEF sont invités à effectuer une visite de prospection en Haïti. Pour le reste, il faudra attendre.

Valery Daudier source le nouvelliste

Technology Used by Successwful Businesses

Related posts

Leave a Comment