Le Venezuela n’alimente plus Haïti en produits pétroliers

Le Venezuela n’alimente plus Haïti en produits pétroliers

La dernière importation de produits pétroliers du Venezuela remonte au moins d’octobre 2017. Depuis, c’est sur le marché spot qu’Haïti s’alimente. Les sanctions financières imposées au Venezuela rendent les transactions financières difficiles, sinon impossibles, a confié au journal le ministre de l’Economie et des Finances, Jude Alix Patrick Salomon, le lundi 8 janvier 2018. « On ne peut pas payer parce que la BRH ne peut pas compléter les transactions », a-t-il poursuivi, soulignant les contraintes d’effectuer des transactions en dollars américains avec le Venezuela. « La sanction est beaucoup plus large. Même les banques européennes se cantonnent à la sanction. C’est difficile dans ce cas-là pour le Venezuela de livrer et même si l’on recevait pour nous de payer », a expliqué Jude Alix Patrick Salomon. Interrogé sur l’avenir du programme PetroCaribe, le grand argentier a indiqué que la décision appartenait aux deux États souverains, Haïti et le Venezuela.

« Je n’ai pas ce droit ni cette responsabilité, encore moins cette mission de décréter l’entrée ou la sortie de l’accord. C’est quelque chose de souverain entre deux États », a indiqué Jude Alix Patrick Salomon. « L’accord peut ne pas pouvoir être appliqué en l’état. Nous, on ne fait que constater. Nous, on ne fait que constater aussi que l’on se doit de pourvoir aux besoins de consommation de la clientèle haïtienne en carburant », a-t-il dit, soulignant aussi que « dans ce contexte, en tant qu’État, on prend des décisions en essayant d’être conforme aux décisions internationales ».

« C’est clair qu’on n’est pas dans cette situation favorable où le flux était positif. On n’est plus depuis quelque temps dans cette situation confortable. On le reconnaît. On reconnaît aussi que l’on se doit de développer des alternatives. On est à développer des alternatives viables et constructives pour le pays sur le long terme. On réfléchit à toutes ces options-là », a assuré le ministre de l’Economie et des Finances, Jude Alix Patrick Salomon. Interrogé sur le fait qu’Haïti soit plus exposé aux fluctuations du marché spot, le ministre a indiqué que toutes sortes de solutions étaient envisagées.

« L’une des solutions serait de faire des commandes à moins courte vue. On est en train d’envisager les options », a expliqué Jude Alix Patrick Salomon.

Roberson Alphonse source le nouvelliste

Related posts

Leave a Comment