Les Bleus renvoient Messi au pays

Les Bleus renvoient Messi au pays

Menée au score en début de seconde période, l’équipe de France a renversé l’Argentine ce samedi à Kazan, en huitième de finale de la Coupe du monde (4-3). Non sans un exceptionnel Mbappé.

Oh Di Maria, oh Mascherano, oh Messi ciao, Messi ciao, Messi ciao, ciao, ciao…” Les Bleus ont fait leur cette ritournelle lancée par les Brésiliens sur l’air révolutionnaire de “Bella Ciao” tandis que les Argentins peinaient à briller durant la phase de poules de cette Coupe du monde 2018. Quarante ans après ce revers coupable et éliminatoire devant l’Albiceleste lors du Mondial 1978 (2-1), les hommes de Didier Deschamps ont vengé les Michel Platini et consorts, éclipsant les troupes d’un Lionel Messi totalement impuissant.

Cette qualification pour les quarts de finale de la Coupe du monde, les Français sont allés la chercher avec une grinta toute argentine, d’abord dominateurs et rapidement récompensés par un penalty victorieux de Griezmann consécutif à une percée spectaculaire de la fusée Mbappé (0-1, 13e) – sentence qui intervenait alors dans la foulée d’un maître-coup franc expédié sur la barre transversale par ce même Griezmann (9e) – puis dans la douleur quand il a fallu renverser une Albiceleste particulièrement en réussite.

Le chef-d’œuvre de Pavard

Par la grâce d’une frappe lumineuse des 25 mètres signée Di Maria (41e) et suivie d’une déviation heureuse de Mercado dans la surface sur un tir forcé de Messi (48e), l’Argentine en effet a mené au score dans ce huitième de finale joué à couteaux tirés. Une anomalie au vu des débats que la jeunesse tricolore s’est chargée de corriger. Auteur d’une demi-volée splendide aux 18 mètres, Pavard a sonné la révolte des Français peu avant l’heure de jeu (2-2, 57e). Puis Mbappé a profité d’un relâchement argentin pour enfoncer le clou, coup sur coup, en l’espace de quatre minutes.

D’un tir excentré du gauche (64e) et d’un plat du pied ajusté consécutif à un service millimétré de Giroud (4-2, 68e), le feu-follet parisien a achevé à lui tout seul le vice-champion du monde sortant, assurant dès lors la qualification des siens et ce malgré le baroud d’honneur argentin et ce but tardif d’Aguëro sur un caviar de Messi (4-3, 90e+3). Un brin fébriles sur leurs arrières dans le money time, les Bleus cette fois ont su produire du jeu à l’offensive et contenter en cela les amateurs de ballon rond. Une belle émotion qu’on ne demande qu’à revivre. Très vite. Dès vendredi prochain contre l’Uruguay ou le Portugal.

Par Yannick Sagorin

Sports.fr

Related posts

Leave a Comment