Une reconnaissance officielle à la médecine traditionnelle

Une reconnaissance officielle à la médecine traditionnelle

Les autorités haïtiennes annoncent l’adoption de politiques publiques en vue de la reconnaissance officielle de la médecine traditionnelle. Des officiels du gouvernement, des personnalités du monde médical scientifique et de la médecine traditionnelle, des représentants de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), des partenaires en santé, des membres de la société civile ont pris part le vendredi 29 septembre 2017, au Centre de convention et de documentation de la BRH, à la première conférence sur la médecine traditionnelle.

Cette démarche vise à harmoniser à la fois les médecines scientifique et traditionnelle, pour que la population ait accès à une plus large couverture en matière de soins sanitaires.

« Plusieurs études conduites dans le passé révèlent que la médecine traditionnelle est le premier recours de la population face à un phénomène morbide,» a indiqué la ministre de la santé,Dr Marie Greta Roy . Tout le monde a fait des expériences avec la médecine traditionnelle en buvant une tisane pour calmer une situation de fébrilité ou d’huile de palma-christi pour faire disparaitre une douleur rebelle, a t-elle expliqué.

Dr Roy dit déplore que plusieurs études réalisées sur la cohabitation des médecines scientifique et empirique restent au stade de projet et sont peu documentées. Elle affiche dans sa posture à la conférence une satisfaction pour cette grande première qui, selon elle, marque un pas vers la bonne direction dans la résolution d’un problème datant des premiers balbutiements de notre histoire de peuple.

« Pour rattraper le temps perdu, il nous faut faire des pas de géant, mais tout le monde doit s’impliquer pleinement», a fait savoir la titulaire du MSPP.

Elle a laissé entendre que les maladies de transmission culturelle seront toujours présentes. Ainsi, dit-elle, dans un pays ou tout est prioritaire, on ne peut négliger aucun facteur qui peut aider le ministère à maintenir la population en santé. Elle croit que les acteurs modernes ou contemporains doivent s’entendre pour être à la hauteur de l’attente de la population en matière de besoins sanitaires notamment les enfants et les femmes enceintes. « Ce rêve sera possible à condition que tous les acteurs de la médecine scientifique et celle de l’ordinaire se mettent ensemble pour servir la collectivité dans toute sa globalité », a expliqué Dr Roy Clément.

LLM / radio Métropole Haïti

Related posts

Leave a Comment